La transformation digitale – un facteur clé dans le rétablissement de l’industrie aéronautique post-covid

Par Jérôme Modolo – Vice-Président et CEO FPT Software France

L’industrie aéronautique a été l’un des secteurs les plus affectés par la crise du Covid19. Les compagnies aériennes doivent s’adapter, se réinventer et mettre en place une stratégie de rétablissement pour rester à flot.

L’aviation reprend lentement son rythme, mais pour pouvoir mettre en fonctionnement tous les jalons de cette industrie, il est indispensable de réaliser des contrôles et de mettre en place des solutions qui garantissent l’efficacité et la réduction des coûts dans cette période difficile.

Les dépenses opérationnelles constituent le plus grand enjeu pour les compagnies aériennes. L’industrie nécessite donc des technologies qui produisent un maximum de valeur avec un minimum de ressources. Les solutions IT et la science des données se présentent comme des grands alliés dans cette bataille. C’est pour cela que d’ici 2025, on prévoit des investissements plus importants dans les technologies numériques.

Le partage des données dans l’écosystème des transports

L’industrie aéronautique stocke de larges volumes de données générées par la navigation des aéronefs, les aéroports ou les radars. L’analyse de ces données permet aux compagnies aériennes d’établir un meilleur plan de vérification des facteurs de performances. Ceci implique de nombreux avantages, tels que la réduction des coûts d’exploitation, l’amélioration des services client ainsi que l’augmentation des marges bénéficiaires.

Selon Gartner, « Les informations en temps quasi réel provenant des véhicules créent de nouvelles relations commerciales dans l’industrie du transport, ce qui bénéficie aux entreprises avec de solides stratégies de partage de données. D’ici 2023, les organisations qui promeuvent le partage de données surclasseront leurs pairs sur la plupart des indicateurs de valeur commerciale ». Les entreprises du secteur de l’aviation devront, sans doute, augmenter la collaboration et l’échange des données dans l’ensemble de leur écosystème. Non seulement pour favoriser un meilleur rétablissement de l’industrie, mais aussi pour protéger la santé de tous, car les informations relatives aux règlementations de santé et vaccinations seront digitalisées.

Les technologies au service de l’expérience client

Dans la nouvelle réalité, l’accent sera mis sur l’expérience des passagers. En effet, la technologie digitale pourrait être la clé pour mieux répondre aux besoins des clients grâce aux services personnalisés à la demande. Plusieurs technologies peuvent y contribuer :

• Le « Big Data » peut aider les entreprises à comprendre les préférences des clients et le comportement d’achat pour transformer les relations. Elle permet aussi de collecter et analyser les données en temps réel afin de réaliser deux types de maintenance : prédictive (pour prévenir les futures pannes ou optimiser la planification des horaires) et corrective (pour savoir comment remplacer les pièces de la manière la plus efficace).

• Robotique : les robots et véhicules autonomes et les drones de livraison permettront d’améliorer l’efficacité du processus de traitement des bagages et les conditions de travail ergonomiques pour le personnel au sol.

• Réalité virtuelle et expériences immersives : Une vue 3D globale du projet permet de voir comment se déroulent les opérations et faire ainsi des prévisions. La réalité virtuelle est également utile dans les sessions de formation, afin d’observer virtuellement l’ensemble des composants sans besoin de se déplacer sur site.

• Biométrie : de plus en plus de compagnies aériennes adopteront des applications mobiles de reconnaissance faciale pour faciliter le processus d’enregistrement des passagers.

• La maintenance prédictive : elle possède de nombreux avantages : réduction des coûts de maintenance et logistique, gestion des opérations des aéroports et des compagnies aériennes, réduction des retards ou des AOG (Aircraft on ground), augmenter la performance des fournisseurs ou optimiser la planification des horaires

• L’impression 3D : elle permet des processus de production plus rapides. La fabrication peut être effectuée précisément lorsque cela est nécessaire. Par conséquent, il n’existe aucun excès ou surplus comme dans la production en série. Le processus permet également de fabriquer des pièces plus légères, ce qui réduit sensiblement la consommation de carburant des machines.

• Internet des objets : Lorsque des capteurs sont intégrés dans des objets connectés, ils peuvent aider à contrôler, surveiller et collecter des données précises en temps réel. Pour l’expérience client, cela est utile pour le suivi des bagages à l’intérieur de l’aéroport, avec des informations précises et des notifications.

• Technologies de sécurité : avec la situation du Covid, il y aura de plus en plus de technologies pour la sécurité des passagers à l’aéroport et à bord de l’avion. La vision par ordinateur sera utilisée pour vérifier la température corporelle et obtenir une carte thermique du passager afin d’évaluer s’il a un risque de santé ou valider son identité.

Un nouveau décollage

La crise du Covid 19 a transformé profondément notre mode de vie. La distanciation sociale, les gestes barrières ou le passeport santé seront des habitudes installées dans notre société dans les prochaines années. Le volume de trafic aérien ne retrouvera probablement pas son pic avant au moins 3 à 5 ans. Et la récupération des prix aura un retard d’au moins un an sur la récupération des volumes. Les voyages d’affaires se rétabliront plus rapidement que les voyages de loisirs, mais à un niveau inférieur en raison de l’évolution du télétravail et des réunions en distanciel.

Face à cette situation, comment va évoluer la stratégie commerciale des compagnies aériennes ?

Dans un contexte de grande incertitude, prendre des décisions commerciales s’avère complexe. Afin d’avoir plus de précisions et traverser le brouillard de la meilleure façon, les données en temps réel peuvent venir à la rescousse, en apportant des informations sur les réservations, les recherches sur internet ou les restrictions de voyage local, ce qui permettra d’établir un plan de tarification pour la gestion des revenus.

Les compagnies aériennes à bas prix avec une meilleure rentabilité que les transporteurs de services complets (FSC) seront en concurrence agressive pour augmenter leur part de marché. En outre, les FSC sont confrontés au défi supplémentaire de maintenir des niveaux de service et de produits élevés pour le retour du trafic commercial premium. La flexibilité de la flotte, en ce qui concerne la combinaison de types d’avions (Airbus, Boeing, Embraer,…), et la planification en temps réel seront des facteurs très importants. En effet, la compétition sera axée sur la destination, le prix et la flotte. De plus en plus de compagnies aériennes préféreraient les monocouloirs (A320, A321 , B737 MAX,….) plutôt que les bicouloirs (A330, B777,…) afin d’économiser les coûts de carburant ainsi que de renforcer le marché régional. Une bonne stratégie pour les compagnies aériennes serait de faire des efforts pour réduire les coûts qui n’ont pas d’impact direct sur l’expérience des passagers, tels que la maintenance, les coûts d’achat et de location, et les dépenses indirectes. Le prix du billet d’avion sera, sans doute, l’élément le plus compétitif sur le marché.

Une aviation plus verte

La question de l’écologie devient centrale dans l’aéronautique. Plusieurs recherches ont été menées par rapport aux carburants verts, l’hybridation ou la propulsion électrique. Pourtant la tendance écologique actuelle est axée sur la rationalisation : réduire l’empreinte carbone en diminuant la consommation de carburant.

Pour ce faire, les informations collectées en temps réel augmentent la productivité des opérations aériennes. En utilisant l’analyse de données avancée, l’avion peut réduire les émissions de CO2 en optimisant la trajectoire de vol et les différentes opérations. La technologie améliore l’efficacité des avions, ce qui entraîne une meilleure performance énergétique en réduisant la consommation du carburant.

Au niveau des opérations aéroportuaires, les avions brûlent du carburéacteur ou du diesel pour l’éclairage, le chauffage et la climatisation, même lorsqu’ils sont au sol. De nombreux véhicules d’aéroport, tels que ceux utilisés pour le ravitaillement et le transport des passagers et des bagages, consomment également du carburant. Toutes ces opérations pourraient être digitalisées dans l’avenir grâce à des solutions IT.

Ces initiatives pour une aviation plus écologiques seront de plus en plus importantes, notamment en raison des réglementations en vigueur. L’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) possède un accord pour surveiller les émissions de carbone sur les routes internationales et compenser les émissions supérieures aux niveaux 2019-2020. C’est ce qu’on appelle le programme de compensation et de réduction du carbone pour l’aviation internationale (CORSIA)

 

L’industrie de l’aviation est dans un moment crucial de son histoire. La digitalisation s’accélèrera dans les prochaines années pour faire face aux nombreux challenges que présente ce contexte d’incertitude de la crise du Covid 19. Tout est prêt pour faire un grand envol vers la transformation digitale, qui sera porteuse d’opportunités. La science des données et les nouvelles technologies seront les moteurs qui vont redéfinir le secteur du transport aérien, avec de nouveaux paradigmes pour une aviation plus rentable, sécurisée et écologique.